Разработка платного шаблона Joomla

LJ42 PAUL LAY Coffret 2

Coffret double album de Paul Lay "Alcazar Memories" + "The Party", sortie 17 février 2017.

 

Libération

Le pianiste Paul Lay tire son chapeau au réalisateur du film The Party (Blake Edwards) et son épingle du jeu. Qu’on se le dise : un crack enflamme le piano.

Rien de tel qu’une réception pour emmagasiner visages, attitudes, et scènes cinématographiques. Pour réaliser The Party (en français : la fête), son 3e disque, Paul Lay, couronné l’an dernier par l'Académie du Jazz du prestigieux prix Django Reinhardt, s’inspire de l’euphorie, de la futilité, de l’imprévisible d’une soirée...

Article de Bruno PFEIFFER, paru le 16 février 2017

 

Lire l'article sur

 


Jazz Magazine n°691

8 juin 2016, début d'après-midi. Dans la cabine du studio Sextan à Malakoff, visiblement aux anges, Paul Lay, Boris Darley, l'ingénieur du son, et Jean-Michel Leygonie, le producteur de la séance, n'en reviennent pas. Dix sept morceaux en moins de deux jours ont déjà été gravés, soit une heure et quarante minutes de musique !

Paul Lay est particulièrement heureux. : « Le piano Fazioli commence à sonner comme je veux. J'ai réussi à apprivoiser son velouté et à mieux exploiter ses richesses...»

Article de Pascal ANQUETIL, février 2017

 

Retrouvez l'article dans Jazz Magazine n°691

Enregistrer


Djam

Il vient du sud, s'est fait une place de choix à Paris, avant de rayonner sur les scènes du territoire national et étranger. Classique. Pianiste respecté par ses confrères, chéri des instances majeures du jazz français. Il y a trois ans il était déjà question de l’invité dans l’une de nos émissions Tapage. Le rendez-vous a été manqué. Mikado nous avait convaincu, et nous n’étions d'ailleurs pas les seuls. En mars, Paul, sort deux albums simultanément, deux trios, l’un avec batterie, l’autre avec voix...

Article de Florent SERVIA, paru le 18 février 2017

 

Lire l'article sur
djam


Qobuz

Très gourmand ce Paul Lay qui entame l’année 2017 avec non pas un mais deux albums qu’il publie simultanément : Alcazar Memories et The Party (disponibles également sur un même coffret). Le premier est construit autour de son piano, d’une voix (celle d’Isabel Sörling) et d’une contrebasse (tenue par Simon Tailleu). [...] Paul Lay réunit ici des compositions personnelles mais aussi des pièces signées notamment Gershwin ou Vincent Scotto. Fascinante chanteuse suédoise vivant entre Göteborg et Paris, Sörling irradie ces Alcazar Memories. Paul Lay ne se contente pas de l’accompagner et chaque thème est véritablement conçu à trois. A trois aussi pour le second album, The Party...

Article de Max DEMBO, paru le 21 février 2017

 

Lire l'article sur
qobuz


Télérama.fr
telerama ffff

Le label Laborie sort simultanément deux albums du pianiste Paul Lay, Prix Django Reinhardt 2016 de l'Académie du Jazz. L'un, The Party, en trio avec le contrebassiste Clemens van der Feen et le batteur Dré Pallemaerts, l'autre en trio aussi, Alcazar Memories, avec la chanteuse Isabel Sörling et le contrebassiste Simon Tallieu....

Article de Michel CONTAT, paru le 20 février 2017

 

Lire l'article sur
telerama

ffff telerama pour The Party

 

 

 


Jazz Magazine n°692

Pour le jeune pianiste, 2016 aura été l'année de la reconnaissance. Voici l'heure de la confirmation avec un coffret réunissant deux disques et deux trios différents. Faisant fi d'un marché morose, Paul Lay a enregistré en juin 2016 deux albums aujourd'hui réunis en un coffret (qui peuvent être vendus séparément), bénéficiant l'un est l'autre de la prise de son naturelle de Boris Darley - lire le reportage de Pascal Anquetil en avant-première dans notre numéro de février...

Article de Philippe VINCENT, mars 2017

 

Retrouvez l'article dans Jazz Magazine n°692
JazzMag692

 choc jazz magazine pour The Party

jazzmagazine 4etoiles pour Alcazar Memories

Enregistrer


Les Inrocks

Quand chaque jour paraît transformer en vérité plus profonde l’adage selon lequel rien n’est plus difficile, en art comme ailleurs, que de toucher à la légèreté, il est bon d’écouter le piano dandy de Paul Lay, ses mélodies sans soucis, sa pétillante musique d’alcôve, d’autant plus exquise qu’elle ne prétend à rien sinon à ravir...

Article du 21 février 2017

 

Lire l'article sur
les inrocks

Enregistrer


Les Dernières Nouvelles du Jazz

Après un disque en quartette (« Mikado », Grand Prix Jazz de l'Académie Charles Cros 2014), le pianiste revient en trio, ou plutôt en trios : deux CD, deux combinaisons trianguliares suscitées par deux approches musicales distinctes ; et deux incontestables réussites...

Article de Xavier PREVOST, paru le 7 mars 2017

 

Lire l'article sur
dnj

Enregistrer


Latins de Jazz... & Cie

Le 17 février 2017, est sorti un coffret de deux albums de Paul Lay, « The Party » et « Alcazar Memories », enregistrés en mai et juin 2016. Fin mélodiste, le pianiste innove et renouvelle le discours musical dans l’univers du jazz et même au-delà...

Article de Nicole VIDEMANN, paru le 8 mars 2017

 

Lire l'article sur
latinsdejazz

Enregistrer


L'Humanité

Paul Lay, délice. Lauréat du prix Django Reinhardt (décerné par l'Académie du jazz), le pianiste Paul Lay illumine ce début d'année avec un double disque, The Party & Alcazar Memories, disponible en coffret ou en deux CD séparés...

Les coups de cœur de Fara C., paru le 10 mars 2017

 

Lire l'article sur
l humanite

Enregistrer


Culturebox

Le pianiste Paul Lay a sorti simultanément deux albums, "Alcazar Memories" et "The Party". Le premier, concrétisation d’un projet créé à Marseille, révèle une chanteuse fascinante, Isabel Sörling. Le second, qui reprend le titre du film de Blake Edwards, nous plonge dans une soirée festive... Deux disques, deux pépites. Paul Lay les présentait mercredi à Paris. Il est en tournée. Rencontre...

Annie YANBEKIAN, paru le 18 mars 2017

 

Lire l'article sur
culturebox

Enregistrer


Les Allumés du Jazz

Le pianiste et compositeur Paul Lay publie simultanément ses troisième et quatrième albums chez Laborie Jazz. Une histoire de fidélité entre un artiste et son label, une histoire de patience pour un artiste qui a su intégrer et s’intégrer dans de nombreuses formations en apportant toujours le meilleur de lui-même et dont chacun a pu se féliciter, une histoire de rôle où, dès le départ, Paul et le label connaissent et apprivoisent des territoires sans cesse en mouvement, des perspectives qui les enrichissent mutuellement. Dans le seul souci de saisir le(s) public(s) par une esthétique qui ne tend que vers le plaisir et le beau...

Mars 2017

 

Lire l'article sur
culturebox

Enregistrer


Le Monde

Voici un coffret qui tombe à pic. En plein triomphe du film La La Land, un jeune homme, Paul Lay (prononcer « Laye »), pourrait y tenir le rôle du pianiste avec beaucoup de justesse : jeu profond (pas seulement la virtuosité), sensible, compositeur capable de raconter des histoires, rythmicien de choix, petite gueule d’ange, Paul Lay est très demandé...

Article de Francis MARMANDE, paru le 17 février 2017

 

Lire l'article sur
lemonde

Enregistrer


Jazz Magazine

Trois pianistes au naturel pour clôturer un festival. Trois moments successifs d’improvisation au clavier dont l’un teinté de l’éclat solaire du flamenco. Plus le retour de l’enfant prodigue, Paul Lay, très attendu dans sa cité natale béarnaise au bord du Gave et ses eaux vives...

Article de Robert LATXAGUE, paru le 20 mars 2017

 

Lire l'article sur
JazzMagazine

Enregistrer


Jazz News n°60

Double sortie discographique pour le pianiste toulousain révélé par le label limougeaud Laborie Jazz. L'écoute débute avec The Party : dès la première seconde, sans même lire la pochette, on reconnaît le drive en suspension de Dré Pallemaerts...

Article de Louis VICTOR, mars 2017

 

Retrouvez l'article dans Jazz News n°60

Enregistrer


Le Monde

Né le 22 juillet 1984 à Orthez (Pyrénées-Atlantiques), Paul Lay - prononcer comme l’ail, que l’on aime en Béarn - est le plus brillant des pianistes de sa génération. Grand collectionneur de prix internationaux, comme avant lui Bojan Z ou Baptiste Trotignon, physique de cinéma pour remake de Rocco et ses frères, modestie souriante, Paul Lay fait événement d’une étrange façon : sans rien céder sur les principes, il est tout sauf « clivant »...

Article de Francis MARMANDE, paru le 23 mars 2017

 

Lire l'article sur
lemonde

Enregistrer


Citizen Jazz

Quand vous aurez écouté deux ou trois fois « Blue Roses », cette délicieuse mélodie vous poursuivra avec obstination. Cependant que vous poursuivrez l’écoute de ce CD enchanteur, qui vous fera traverser, sous couvert de mémoires marseillais, une bonne partie de l’Europe, par la grâce combinée de Paul Lay, qui signe nombre de musiques (à part les reprises de Vincent Scotto, « Adieu Venise Provençale », un régal, et celles de Waldteufel ou George Gershwin), et d’Isabel Sörling qui signe les textes, exceptés en gros les mêmes ! Simon Tailleu ajoute exactement ce qu’il faut de pulsations dansantes à ce beau récital...

Article de Philippe MEZIAT, paru le 26 mars 2017

 

Lire l'article sur
lemonde

Enregistrer

 elu citizen jazz 2016 pour Alcazar Memories


Radio

france musiqueEmission Open Jazz d'Alex Dutilh

france bleu rcfmEmission Arrivée d’air chaud de Patrice Antona

jazz radioArticle du 13 février 2017 >>> Lire l'article

franceinfoEmission Tendance Jazz du 26 février 2017

fipEmission Club Jazz à FIP du 12 mars 2017

cotesudfmEmission Les Cats se Rebiffent du 13 mars 2017

FaLang translation system by Faboba